Francia: Asambleas internacionales y “líder en la lucha contra el sectarismo”

UNE ASSEMBLÉE SOUS LE SIGNE DE LA FRATERNITÉ INTERNATIONALE

« UNE ASSEMBLÉE SOUS LE SIGNE DE LA FRATERNITÉ INTERNATIONALE …
Et une fée Carabosse qui s’invite »

Commentaire de l’interview donnée par le Président de la Miviludes au journal « Libération » en août 2009

L’assemblée internationale des chrétiens Témoins de Jéhovah s’est tenue, dans dix villes françaises, du 29 juillet au 1er août. Elle a réuni plus de 160.000 personnes et a fait l’objet d’excellents commentaires de la part des médias. Mais, à peine terminé, ce rassemblement a servi de prétexte au président de la Miviludes, pour réaliser un « tour de piste », tenter de raviver les cendres froides des préjugés, bref, pour essayer de ternir cette magnifique démonstration d’unité et de fraternité entre des personnes appartenant à des Etats, des ethnies, des peuples…différents. Carabosse n’aurait pas fait mieux.

Reprenons l’interview donnée au journal Libération par le représentant de l’incontournable Miviludes, qui décidément ne s’accorde aucun congé annuel. Le lecteur est en droit de penser, compte tenu du statut de cette « administration » (je n’ose pas encore parler « d’institution républicaine »), que cette dernière est mandatée par les plus hautes autorités de l’Etat. A défaut…

1 « La France est en pointe dans la lutte contre les dérives sectaires » selon le président de la Miviludes.

C’est possible, mais si tel est le cas, il n’ya vraiment pas de quoi se gargariser s’agissant de la Terre natale des Droits de l’Homme.

Certains se diront : « pour une fois que la France est en pointe, nous n’allons pas nous plaindre ». Certes ! Certes ! Mais tout de même… Il ne s’agit pas en la circonstance d’une médaille olympique, d’un brevet d’invention révolutionnaire, d’une politique géniale pour résoudre la crise mondiale… Hélas non ! Cette brillante déclaration concerne un domaine, disons…marginal, de notre société française, au sein duquel des personnes tentent, depuis des décennies, de s’écarter de l’autoroute tracée par la pensée unique en poursuivant, qui une vie cultuelle, qui des thérapies de substitution, qui une vie communautaire, qui un mode de vie autonome…. Où est le mal ? Où se situe le trouble à l’ordre public ? Qui détermine d’ailleurs cet « ordre public » ? Questions fondamentales qui sont posées, depuis des lustres, par les historiens et sociologues des religions, les juristes, les thérapeutes, les médecins…et Monsieur Tout le Monde. Questions qui demeurent sans réponse, la Pensée unique étant plus prolixe en matière d’agressions, de diffamations et de condamnations verbales et écrites.

Rappelons que « La lutte contre les sectes » est devenue, en raison de pressions internationales et d’une hypocrite volte-face des autorités françaises, la « lutte contre les dérives sectaires ». Mais, rien n’a changé, l’intolérance est toujours présente (voir articles précédents). Les initiateurs de cette guerre d’un autre âge n’ont même pas le courage d’assumer la responsabilité de leurs engagements politiques et de leurs actes. Triste et peu convaincant pour susciter un élan national.

« Dérives sectaires » ! Selon les déclarations de la Miviludes, qui serait par ailleurs très attachée à la liberté de religion (sic), son rôle se limiterait « à signaler les dérives sectaires », lesquelles correspondraient :

  • « à une emprise mentale ». Quid ? Faut-il y englober les opérations marketing qui conduisent d’infortunés citoyens fragilisés et abusés par des publicités de choc à acheter des biens dont ils n’ont pas besoin, avec de l’argent qu’ils n’ont pas, pour épater des personnes qu’ils ne connaissent pas ? Les campagnes électorales, compte tenu de certaines similitudes, sont-elles concernées ?

  • Ou « une mise en danger d’autrui ». Mais, il s’agit alors d’une infraction pénale visée à l’article L 121-3, L 223-1 suivants du code pénal. Infraction qui est de la compétence des autorités judiciaires. A ma connaissance, la Miviludes est une simple structure administrative !

Le recours « au faisceau d’indices » évoqué par le président de la Miviludes n’éclaire pas davantage l’observateur doté d’un minimum de bon sens. Ce faisceau d’indices procède d’une simple énumération de quelques infractions pénales pouvant être commises par tout individu. Quel est leur rapport avec « les dérives sectaires » ? Le raisonnement est pour le moins abscons. En s’en tenant « à la violation du code de la santé publique », il va falloir créer des « Miviludes bis » pour poursuivre les contrevenants aux règles sur les débits de boissons (il est vrai qu’entre le spirituel et les spiritueux, la confusion est possible).

Les « démêlées judiciaires » n’emportent pas plus la conviction. Il faudrait d’ailleurs préciser  cet indice. Démêlées à titre de prévenu, de mise en examen, de témoin, de victime… ? S’agissant de cette dernière qualité, les nouveaux mouvements religieux qui sont régulièrement victimes de calomnies et de diffamations, deviennent suspects en raison du dépôt de plaintes. Une façon détournée de leur refuser les droits de la défense, le droit à un procès équitable. Comprenne qui pourra !

2 La création « d’un référentiel »
(Voir précédent article).

Apparemment des « dossiers » vont être constitués. Erreur et surtout horreur ! Des dossiers ont été constitués sous Vichy à l’encontre du peuple juif. Certains dossiers ont été conservés bien après la Libération… Que dit la CNIL ? Que disent nos élus nationaux qui sont chargés de veiller au respect de la Constitution et des libertés publiques ? Certes, nous sommes en période estivale et la France tourne au ralenti, mais tout de même…

Un grand « brouillard » règne quant aux personnes morales et physiques qui pourront accéder à ces dossiers et quant à l’usage qui pourra être fait des informations glanées. Espérons que « la nuit » ne succèdera pas au « brouillard » (« Nuit et Brouillard », quelle belle et émouvante chanson de Jean Ferrat).

Poursuivons :

  • « agrément des assistantes maternelles » ? Pourtant, parmi les conditions exigées pour obtenir cet agrément, la loi du 27 juin 2005 ne mentionne nullement les croyances ou pratiques religieuses, culturelles… de la candidate. La Miviludes serait-elle devenue Législateur ? Quelle ambition !

  • « location d’une salle communale ». La Mivuldes semble oublier que le droit de réunion a été fixé de façon très claire par le Conseil d’Etat dans un arrêt de… 1933 (arrêt Benjamin). Envisage-t-elle de casser cette jurisprudence bien établie et…empreinte de sagesse ? Quel appétit !******

3 Les chrétiens Témoins de Jéhovah

Le Président de la Miviludes ne pouvait pas se permettre d’oublier, dans sa critique, cette religion (qualificatif retenu par la Cour européenne des droits de l’Homme, le Conseil d’Etat…) chrétienne dont tout l’enseignement est basé sur la Bible. N’est-ce pas un « indice » attestant de son appartenance à notre civilisation judéo-chrétienne ? Heureusement, une large partie de la population n’est pas abusée par les campagnes dites « antisectes » (c’est vrai, vous parlez maintenant de « dérives sectaires », cette subtilité m’échappe toujours).

Reprenons quelques critiques formulées au nom de la Miviludes :

Après avoir admis (c’était dur, très dur) que les enfants Témoins de Jéhovah : « ne sont pas maltraités, sont soignés et vont à l’école de la République » (ne conviendrait-il pas de se préoccuper des parents qui précisément sont défaillants en ces domaines ?), le Président de la Miviludes s’insurge contre les parents qui diraient à ces jeunes têtes blondes que : « ce qui est enseigné n’est pas la vérité ». Ah bon ! Je n’ai pas souvenir d’avoir porté de telles accusations lorsque mes six enfants fréquentaient les établissements d’enseignement.

A propos, sur quels points précis porterait l’accusation selon laquelle la République mentirait ? En effet, l’interview pêche par manque de précisions, corrigeons cette défaillance qui, je l’espère, est involontaire (toujours accorder le bénéfice du doute à l’adversaire) :

  • S’agit-il du débat : création et évolution ? Les enfants apprennent à l’école la « théorie » (et non une vérité scientifique bien établie) de l’évolution qui est pourtant remise en cause par de nombreux scientifiques. La thèse.

  • Les parents, soucieux de l’instruction de leurs enfants, enseignent le récit de la Création. L’antithèse.

  • Puis, les jeunes se forgent leur propre opinion, preuve de leur maturité, de leur intelligence et de leur esprit critique. La synthèse.

  • Est-ce intolérable ? S’agissant de l’éducation de leurs propres enfants, les parents n’ont-ils plus droit au chapitre ? La convention de New-York reconnait les droits suivants à l’enfant : liberté de pensée, de conscience, de religion, responsabilité des parents d’élever et d’assurer le développement de l’enfant…

  • Une instruction qui serait uniquement dispensée, comme dans tous les pays totalitaire, par l’Etat ne répond nullement aux exigences de la convention internationale signée par la France. Que souhaite l’Etat français, avoir des citoyens ayant développé leur esprit critique, possédant un raisonnement logique, ou une génération de zombies ? Rappelons que Voltaire, lorsque Maupertuis lui exposa la « théorie » du transformisme qui préparait celle de l’évolutionniste Darwin, s’est exclamé : « Cela est fort beau, mais j’ai du mal à croire que je descends d’une morue ». Voltaire doit-il être interdit dans nos écoles ?

  • La transfusion de sang ? Il serait peut-être temps, en ce domaine, de tenir compte des avancées de la science et du revirement du corps médical. De s’interroger, sans pour autant mettre en place une « Miviludes ter », sur une réalité : pourquoi de plus en plus de personnes refusent cette thérapie pour des raisons exclusivement médicales ? De s’interroger quant aux conséquences de l’emploi du sang sur la santé des patients et…sur les dépenses publiques, le déficit de la sécurité sociale. A propos, en cas de refus d’une transfusion pour raisons médicales comment la Miviludes, sur la base de son « référentiel », effectuera-t-elle le clivage entre le bon sens/les droits du malade et « la dérive sectaire » ?

Sur ce, je n’ai pas souvenir que l’école m’ait appris l’exacte vérité sur, disons simplement certaines pages de l’histoire de France (aspect marginal d’une matière devenue elle-même, et de façon regrettable, marginale). Le mensonge par omission est une forme de mensonge. J’ai plus appris de mon père (qui n’était pas Témoin de Jéhovah) que des manuels scolaires d’histoire. Mon regretté père a pallié à cette lacune et m’a expliqué :

  • Que la France n’est pas passée du Second Empire à la Troisième République en douceur. Entre ces deux régimes il y a eu …la Commune de Paris, une guerre civile et des milliers de morts, de fusillés et de déportés. Ah bon !

  • Que la colonisation n’a jamais été une œuvre civilisatrice, bien au contraire. Tiens-donc !

  • Que la France républicaine n’a guère été accueillante avec les républicains…espagnols

  • Que les nombreux étrangers, résistants et combattants des forces libres, ont été honteusement oubliés après la deuxième guerre mondiale par la France. Oh !

  • Que la France, durant les heures sombres de l’Occupation, a montré un visage plutôt odieux. Est-ce possible ? Mais alors, l’image d’une France héroïque relèverait du mythe ?

Et aujourd’hui ? Les Témoins de Jéhovah sont-ils blâmables lorsque, dans le cadre de leur assemblée internationale, ils diffusent des invitations évoquant « l’effondrement du monde » ? Il est vrai que le message est pour le moins décalé par rapport aux nombreuses déclarations et annonces en tout genre qui sont destinées à rassurer l’opinion publique et qui constituent un curieux mélange de chloroforme, de poudre de perlimpinpin, Négligeons, tout comme la Miviludes, la liberté d’expression à laquelle je suis pourtant très attaché et attardons nous sur l’expression « effondrement du monde ».

Cette dernière, toujours selon la Miviludes, « peut avoir des conséquences sur des personnalités fragiles, des enfants. Cela peut engendrer des conduites antisociales ou autodestructrices ».

Quels sont les bases rationnelles et objectives permettant de telles affirmations, Des statistiques ont-elles été établies ? Y-a-t-il des précédents ? Les assistants à cette assemblée internationale ont-ils versé dans le terrorisme ? Ont-ils rejoint les hordes qui hantent les « zones de non-droit » (exprimé de façon plus directe : les portions du territoire français où les lois de la République ne s’appliquent plus) ?

En tout état de cause, l’éducation d’un enfant doit être construite sur la réalité, la vérité et non sur des fables, des contes, des illusions et des contre-vérités.  L’information de tout citoyen, du moins dans une démocratie libérale, doit répondre aux mêmes exigences. Que la Miviludes aille expliquer aux victimes de la crise (chômeurs, épargnants, peuples du Tiers et du quart Monde…) que l’économie, la finance, le système monétaire mondiaux ne s’effondrent pas et que « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ».

Membres de la Miviludes :

  • Ne pensez-vous pas que les « certitudes » que vous tentez d’imposer à l’opinion française comme autant de sacro-saintes vérités, ne vous apparentent à des illuminés sectaires ?

  • N’avez-vous pas, en votre âme et conscience, le sentiment de manipuler une partie (qui se rétrécit de jour en jour) de l’opinion publique en agitant constamment, à tort et à travers, les vertus républicaines et le spectre des religions dites minoritaires ?

  • Ne vous sentez-vous pas isolés au sein de la communauté internationale ? N’êtes-vous jamais traversés par un doute affreux quant au bien fondé et la légitimité de votre entreprise ?

  • N’avez-vous jamais l’impression d’être les dociles instruments de la pensée unique, de l’intolérance et… d’une forme d’inquisition moderne ?

  • Ne réfléchissez-vous jamais au dénouement possible, probable, certain de votre « croisade » pour vos infortunées cibles et, qui sait, pour vous (« le retour de manivelle ») ?

N’oubliez pas que l’Histoire est un juge implacable et qu’elle s’écrit parfois du vivant des acteurs.

UNE ASSEMBLEE SOUS LE SIGNE DE LA FRATERNITE INTERNATIONALE

Un pensamiento en “Francia: Asambleas internacionales y “líder en la lucha contra el sectarismo””

  1. Es inaudita la forma de ver las cosas en un país que se proclama liberal por encima de todo de acuerdo a su lema “Libertad,Igualdad y Fraternidad”. Hay mucha hipocresía institucional.

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *