La bonne nouvelle fait du porte-à-porte

La bonne nouvelle fait du porte-à-porte
Des équipes de jeunes gens sillonnent certaines chaumières de Douala, bible en main, pour parler de Dieu aux populations.

On avait coutume de les voir écumer les rues et arpenter les artères de la ville en accostant au passage des usagers pour leur proposer diverses documentations élaborées autour de Dieu et de Jésus-Christ. De plus en plus, ils ont opté pour la stratégie du porte-à-porte. Ils, ce sont ces jeunes gens des deux sexes, croyants ambulants et prêcheurs de bonne nouvelle devant l’éternel. Dans les domiciles, parfois au plus fort de quelques intimités, les sermonneurs frappent à votre porte et perturbent votre quiétude.
Samedi 31 mai dernier, il est 14 heures au quartier Kotto. Une bande de jeunes font irruption dans l’immeuble F16. Bible en main, ils sollicitent une séance d’exhortations et de prière au maître de céans qui ne trouve pas d’objection, mais estime plutôt que les visiteurs sont hardis. En quelques minutes, ils citent des passages bibliques, prêchent pour la repentance, l’amour du prochain avant de recommander à la maisonnée de naître de nouveau, le tout en s’appuyant sur l’évangile selon saint Jean.
Sur les mobiles de cette visite impromptue, Sandrine, l’aînée de la bande est sans équivoque. «Nous croyons que le royaume des cieux est proche et que les camerounais gagneraient à retourner à Dieu, c’est pourquoi nous allons dans les maisons pour exhorter nos frères et sœurs », affirme-t-elle. Jacqueline, une des résidentes ne voit pas d’un très bon œil la présence des pasteurs dans leur maison. «Il faut toujours être vigilants vis-à-vis des gens qui entrent chez vous et vous parlent de Dieu en récitant la bible. Parfois, si ce ne sont pas des brigands qui viennent vous épier et vous braquer le moment venu, c’est des prestidigitateurs qui vous proposent des impositions des mains dans l’optique de vous exorciser».

Bonne foi
Une opinion que ne partage pas Franck : «J’ai été frappé par la pertinence et la justesse des messages que ces enfants de Dieu véhiculent. Au-delà des messages, je suis émerveillé par leur foi et leur engagement à servir Dieu », dit-il dans une attitude de converti. Armand, l’unique garçon de la bande des prêcheurs se défend des accusations portées à leur endroit. «Nous ne sommes pas des méchants, notre présence se justifie uniquement par le fait que nous voulons partager la parole de Dieu avec nos frères et sœurs qui tardent à tourner le dos aux impudicités et aux plaisirs mondains », déclare-t-il.
Par ailleurs, il poursuit en relevant que leur « mission n’est pas de mendier. Mais nous ne pouvons pas reculer devant les sollicitudes de nos frères et soeurs. J’habite par exemple à Bépanda. Je marche tous les jours pour partager avec des gens parce que j’ai accepté de servir le Christ. Il arrive que l’on me propose parfois de la nourriture ou même de l’argent pour mon taxi, ce que j’accepte sans arrière pensée ». Pendant ces échanges, les jeunes visiteurs en profitent pour distribuer des exemplaires de « Réveillez-vous », « La Tour de garde ». Des documents fort prisés chez les témoins de Jéhovah, ce qui renseigne à suffisance sur la chapelle dont ils sont issus. Des équipes comme celles qui parcourent les habitations à Kotto sont nombreuses dans la ville de Douala et ailleurs. Preuve que l’évangélisation est en marche et fait florès. Mais les messages véhiculés sont-ils suivis et mis en pratique à la lettre ? Difficile à dire. Tout comme, de la bonne foi de ces fervents croyants, seul le créateur et bien d’autres convertis peuvent en témoigner.

http://www.lemessager.net/details_articles.php?code=143&code_art=23733

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *