La fermeté des Témoins de Jéhovah face à la persécution nazie

Première mondiale du documentaire vidéo La fermeté des Témoins de Jéhovah face à la persécution nazie au Mémorial de Ravensbrück, en Allemagne, 6 novembre 1996

” Un rai de lumière dans une période enténébrée “, Réveillez-vous, 22 juin 1997.
http://www.watchtower.org/f/19980708/…
http://bibelforscher.free.fr/manifest…
CE SONT les mots d’un historien à propos de l’histoire des Témoins de Jéhovah sous le nazisme. Il les a prononcés à l’occasion de la première mondiale du documentaire vidéo La fermeté des Témoins de Jéhovah face à la persécution nazie, organisée au Mémorial de Ravensbrück, en Allemagne. En donnant la parole à 24 survivants de l’époque nazie ainsi qu’à 10 historiens et spécialistes de la religion, cette vidéo relate avec émotion un récit poignant fait de courage et de foi.

Des centaines de Témoins de Jéhovah furent détenus dans le camp de concentration de Ravensbrück. Certains Témoins rescapés, internés quelque 50 ans plus tôt par les nazis, assistaient à cette première. Aux côtés d’historiens et de représentants du gouvernement, ils ont évoqué le souvenir des jours sombres de la terreur nazie en Europe. Les 350 invités ont écouté avec émotion le récit de la fidélité chrétienne de Témoins qui, par centaines, ont préféré la mort au reniement de leur foi.

Échos dans les médias

Le 6 novembre 1996, un hôtel berlinois a accueilli une conférence de presse le matin de la première. Des journalistes ont pu assister à la projection d’extraits de la cassette et entendre des spécialistes expliquer que ce nouveau documentaire ferait connaître un aspect important et méconnu de l’Histoire. Detlef Garbe, directeur du Mémorial de Neuengamme, a expliqué : ” Que nous soyons Témoins de Jéhovah ou non, nous ne devrions jamais oublier l’histoire des prisonniers au triangle violet [symbole que portaient les Témoins internés]. C’était un rai de lumière dans une période enténébrée. ”

Plusieurs rescapés qui témoignent dans cette cassette vidéo étaient présents pour parler de ce qu’ils avaient vécu. Étaient-ils amers d’avoir souffert ainsi ? Leurs visages sereins et radieux montraient que tel n’était pas le cas.

Après avoir répondu aux questions des journalistes, on les a invités à la première de ce documentaire au Mémorial de Ravensbrück, à environ 40 kilomètres de là. La grande majorité a honoré cette invitation.

La première

Le ciel gris et le crachin de cette fraîche journée d’automne furent occultés par l’émotion qui régnait dans la salle, située près du Mémorial dans un bâtiment rénové depuis peu. Le professeur Jürgen Dittberner, alors directeur de la Fondation pour les mémoriaux de Ravensbrück, Sachsenhausen et Brandebourg, a déclaré : ” Le courage moral des Témoins de Jéhovah sous le régime national-socialiste doit être reconnu. […] Nous honorons la mémoire de ces hommes et de ces femmes qui n’ont pas trahi leur foi, ce qui leur a valu d’affronter les souffrances, voire la mort. ”

On a lu un message envoyé par Angelika Peter, ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports du Brandebourg (land allemand). Il disait : ” Il est juste et important que nous nous souvenions aujourd’hui de la fermeté exemplaire des Témoins de Jéhovah. ” Sigrid Jacobeit, directrice du Mémorial de Ravensbrück, a affirmé : ” J’attends avec impatience cette première. C’est, je crois, un jour très important pour nous tous. ”

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *