Témoins de Jéhovah : un rassemblement fait débat

Témoins de Jéhovah : un rassemblement fait débat

Publié le 19/07 à 09:29
image_23017102_192_144.jpg
Le RC Lens a loué le stade Bollaert aux témoins de Jéhovah pour le week-end prochain. La mairie regrette ce geste

F3 NPDCP
A partir de vendredi 21 juillet et pour trois jours, les témoins de Jéhovah seront à Lens réunis au sein de l’enceinte du stade Bollaert. Dix à vingt mille personnes sont attendues pour ce rassemblement annuel qui suscite par ailleurs des polémiques.

A l’Association de Défense de la Famille et de l’Individu, Charline Delporte, présidente de l’association, s’interroge : “Pourquoi ces rassemblements jéhovistes dans des stades alors qu’en France, et ils le disent très bien, ils ont mille salles… Ils pourraient très bien faire leur réunion annuelle dans leurs salles. Pourquoi veulent-ils montrer à la population qu’ils sont 20 000 ?”

Dans les années 1990, la location du stade Bollaert par les témoins de Jéhovah avait déjà suscité la polémique avant que les croyants ne se retirent à Gayant Expo à Douai. Mais aujourd’hui, le débat est relancé… Guy Delcourt, maire PS de Lens, s’appuyant sur des rapports parlementaires mettant en cause les témoins de Jéhovah, a pris parti contre ce type de rassemblement.

Jean-Paul Duvivier, directeur de cabinet à la mairie de Lens, rapporte en effet que le maire préfèrerait voir le gouvernement interdire ce type de rassemblement plutôt que de s’occuper des enfants étrangers en situation irrégulière.

Interviewé sur la question sur Europe 1, Nicolas Sarkozy a estimé que dans les deux cas de figure, il faisait en sorte de faire respecter la loi, tout en rappelant que la liberté de réunion est un droit constitutionnel.

Dans le Nord Pas-de-Calais on compte quelque 8.000 témoins de Jéhovah. Ce week-end, des discours, des baptêmes sont prévus à Bollaert ainsi qu’un appel au don. Par ailleurs, le mouvement a tenu a faire part de son opposition à cette nouvelle “campagne d’hostilité” menée contre lui.

fuente-link

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *