TREIZE ANS D’ATTENTE, NEUF JOURS DE TRAVAIL

bilde6.jpg

Richard Morin, responsable du chantier, devant la future salle du Royaume des Témoins de Jéhovahs.
Photo Alain Roberge, La Presse

TREIZE ANS D’ATTENTE, NEUF JOURS DE TRAVAIL

Témoins de Jéhovah: nouveau lieu de culte à Saint-Jérôme

Jean-Paul Charbonneau

La Presse

Après 13 ans de débats juridiques qui se sont rendus jusqu’en Cour suprême, il n’aura fallu que neuf jours aux Témoins de Jéhovah pour construire complètement un immeuble et réaliser son aménagement extérieur, ce qui aurait pris des mois à un entrepreneur ordinaire.

Cette salle du Royaume, la 120e de la congrégation, se trouve au 2373, boulevard Curé-Labelle, dans le secteur Lafontaine de Saint-Jérôme. Quelque 150 journaliers et hommes de métier sont venus travailler bénévolement lors des deux premiers week-ends d’août à la construction de ce lieu de prière. Lors du passage de La Presse cette semaine, un groupe d’hommes et de femmes nivelait le terrain afin qu’on puisse y installer le gazon au cours du prochain week-end.

Le responsable du chantier, Richard Morin, a indiqué qu’aujourd’hui, demain et dimanche, plus de 100 travailleurs viendront terminer complètement l’intérieur, gazonner et poser les dernières pierres aux murs extérieurs. «Ils viennent de Montréal, de Trois-Rivières et d’ailleurs en province. Durant leur séjour ici, ils sont hébergés chez des membres et les repas sont pris sous des tentes où trois cuisines ont été aménagées. Comme les ouvriers, les préposés aux repas sont des bénévoles», a ajouté M. Morin, électricien à la retraite.

Cette méthode de travail fait économiser des milliers de dollars aux Témoins, qui paient cependant les matériaux. «Je ne peux vous dire combien nous avons économisé. Un électricien, un menuisier et d’autres hommes de métier gagnent près de 30 l’heure. Nos équipes ici commencent à travailler vers 7h et elles arrêtent souvent seulement vers 20h. C’est difficile de faire le calcul», a expliqué M. Morin, dont la femme et les enfants sont aussi bénévoles.

Au début des années 1990, les autorités municipales du village de Lafontaine avaient refusé de modifier un règlement de zonage afin de permettre à cette congrégation de construire un lieu de culte. Après avoir cherché d’autres emplacements dans le secteur, les Témoins de Jéhovah sont revenus au premier terrain visé qui leur appartenaient déjà, et ils ont essuyé un autre refus.

Puis, il y a eu des requêtes des deux parties qui ont finalement abouti devant le plus haut tribunal du Canada. La Cour suprême a conclu que les autorités municipales n’avaient pas bien traité la requête de modification de zonage des Témoins, qu’elles devaient reconsidérer la demande et ne devaient pas violer les droits touchant à la liberté religieuse.

L’une des raisons invoquées pour refuser un changement de zonage était que, comme toute autre congrégation religieuse, les Témoins de Jéhovah ne paient pas d’impôts fonciers. Les autorités municipales ne voulaient pas augmenter le fardeau fiscal des résidants du secteur en leur permettant de construire sur le terrain en question. Depuis, Lafontaine est devenu un arrondissement de Saint-Jérôme et le service d’urbanisme de la Ville, après avoir rencontré les dirigeants des Témoins, a recommandé un changement de zonage au conseil municipal. La délivrance d’un permis de construction a suivi.

Le porte-parole de l’hôtel de ville, Louis Parent, a indiqué que les Témoins avaient répondu aux exigences du plan d’urbanisme de Saint-Jérôme et, pour ne pas augmenter le fardeau fiscal des contribuables du secteur, le terrain où le bâtiment est construit ne bénéficiera pas des infrastructures municipales (services d’égout et d’eau).

fuente-link

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *